Commémoration de la maison historique Brunelle : une plaque… peut-être

Partagez cet article avec vos amis!

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Daniel Marchildon

            La maison historique de Théophile et Emma Brunelle dans la 17e concession, qui risque d’être démolie dès ce printemps, sera peut-être commémorée de quatre façons : une numérisation en 3D de l’extérieur de la structure, une plaque bilingue, un changement du nom de la rue et, enfin, la préservation de quelques artéfacts si la Meute culturelle de Lafontaine accepte de s’en occuper. Ce sont les projets que le Comité du patrimoine de Tiny a retenus après avoir considéré les suggestions reçues à la suite d’un appel lancé à la communauté. 

            Une résolution adoptée par le Comité du patrimoine à sa réunion du 22 février dernier propose d’aller de l’avant avec ces quatre démarches. Le Comité a reçu au total huit communications de la part d’individus et d’organismes qui ont présenté des suggestions.  Il a discuté de la suggestion d’organiser une célébration communautaire, mais a rejeté cette idée, jugeant que la maison sera probablement démolie avant qu’un organisme dans la communauté puisse prendre ce projet en main. Parmi les propositions qui n’ont même pas été discutées par le Comité : faire reporter la démolition, aménager un petit parc avec une œuvre d’art créée à même des matériaux récupérés de la maison démolie, conserver la maison pour en faire un centre d’informations touristiques, créer un site web pour mettre en valeur l’historique et des photos de la maison.

            Cependant, la mise en œuvre des quatre idées retenues par le Comité dépend de facteurs sur lequel il a peu de contrôle. D’abord, il doit obtenir un budget supérieur aux 6 000 $ alloués par le Conseil municipal de Tiny à l’heure actuelle pour la commémoration, car juste le coût d’une plaque bilingue durable dépasserait largement cette somme. Ensuite, le changement de nom de la rue Potato Court à un nom qui intègre le toponyme « maison Brunelle », ne se fera pas à moins que les résidents de la rue soient d’accord. Enfin, d’après le texte de la résolution, la Meute culturelle de Lafontaine et le musée vivant seront invités à déterminer si et comment des pièces historiques tirées de la maison pourraient être entreposées et exposées. Aucune solution de rechange n’est prévue si l’organisme n’accepte pas de s’en occuper.

            Ainsi, ce qui semble sûr pour l’instant c’est que la maison historique demeure condamnée à disparaître très prochainement. À l’opposée, les mesures limitées pour la commémoration de la maison Brunelle pour l’empêcher d’être effacée de notre mémoire collective dépendent, tout d’abord, de la volonté du Conseil municipal de Tiny de les financer au-delà du budget qu’il a déjà prévu et, ensuite, de la participation éventuelle de partenaires. Elles demeurent donc incertaines.

La maison historique Brunelle sera tout probablement démolie dans les prochains mois.  Le Comité du patrimoine de Tiny propose quatre idées pour la commémorer, dont une plaque bilingue.